La Gazelle Insoumise

Zoom sur : La Stimulation Magnétique Transcrânienne

0
0
0
s2sdefault

La Stimulation Magnétique Transcrânienne (SMT), est une technique relativement nouvelle en médecine, qui permet une démarche de diagnostic, d'évaluation et de traitement applicable depuis moins d'une vingtaine d'année. Notamment en ce qui concerne le domaine neurologique.

 

Malgré une histoire personnelle qui débute il y a environ 130 ans, il a d'abord fallu développer les outils nécessaires pour pouvoir la mettre en application : développement des techniques d'imagerie, notamment les IRM (imagerie par résonnance magnétique) ou IRMf (imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle), ainsi que les bobines qui sont installée sur le crâne du patient notamment.

Histoire :

La stimulation magnétique du cortex cérébral a été explicitée pour la première fois par Arsène d'Arsonal en 1896.

Mais il a fallu attendre 1980 pour qu'un appareillage puisse permettre une utilisation clinique.

En 1985, soit seulement 5 ans plus tard, Anthony Barker et son équipe en Angleterre, ont réussi la première étude.

Depuis, son champ d'application ne cesse de s'accroître. D'autant qu'elle présente de nombreux avantages. Le principal étant le côté totalement indolore, qui permet que les patients soient conscients pendant les cures, et donc des prises en charges en ambulatoire.

 

La SMT a permit de dresser une "carte" du cortex moteur. C'est à dire, grâce à la stimulation de différentes zones du cerveau, les chercheurs ont pu étudier la réponse motrice, et donc de mieux comprendre par quel "chemin" précis passe l'influx nerveux pour atteindre tel ou tel muscle.

Ce qui a ouvert la voie aux applications diagnostics, et thérapeutiques.

 

Mode d'action :

C'est par l'envoi d'impulsions magnétiques dans le cortex cérébral à l'aide d'une bobine placée directement sur le crâne que l'on peut modifier l'action des neurones.

Pour ce faire, les médecins et en fonction de l'effet recherché, ils décident de la fréquence et de la vitesse d'impulsion.

Cette technique prend alors le nom de rTMS qui signifie en Français : Stimulation Magnétique Transcrânienne répétitive. Pourquoi "répétitive" ?

Tout simplement parce que la fréquence en Hz et la vitesse d'impulsion va permettre soit d'inhiber, soit de surexciter l'activité des neurones que l'on souhaite traiter en fonction des besoins du patient.

Ce champs magnétique qui créé une impulsion électrique va donc aller modifier l'activité neuronale en modifiant leur polarité, et se répandre en partant du point "d'impact", comme le ferait une onde à la surface de l'eau. Plus on s'éloigne du point d'entrée et plus l'onde diminue en force et en intensité jusqu'à s'arrêter.

C'est donc bien la fréquence et la vitesse qui va permettre d'obtenir le résultat attendu.

 

Cette technique présente de nombreux avantages tels que :

-la recherche dans les neurosciences, et fait avancer la recherche à pas de géants ;

-le diagnostic, l'évaluation des lésions neurologiques post-accident vasculaire cérébral, des sclérose en plaques, des atteintes des nerfs crâniens ou encore de la moelle épinière par exemple ; 

-le traitement de pathologies neurologiques telles les dépressions, la schizophrénie, la fibromyalgie, les douleurs neuropathiques, et nombres d'addictions comme l'héroïne, l'alcool, le tabac ... et même de ralentir les processus démentiels dans la maladie d'Alzheimer.

 

La phase de traitement par rTMS se fait sous forme de cures, durant entre 10 et 30 mins chacunes, répétées plusieurs fois, sur quelques semaines ou mois à un rythme donné en fonction du traitement souhaité.

 

Cependant, il reste encore quelques points négatifs qui limitent son champ d'application, et sur lesquels les chercheurs se penchent activement afin d'y remédier.

Ceux-ci sont notamment :

-son coût : du fait du matériel nécessaire. En effet, en plus de la bobine, la rTMS ou TMS nécessite en plus de la bobine, un appareillage conséquent. Des appareils IRM ultra-performants ou des IRMf afin de permettre la guidance des impulsions magnétiques. Ce qui pour le moment restreint ce processus à quelques grands centres, et ne peut pas encore être démocratiser à la plupart des centre hospitaliers faute de moyens financiers et humains suffisants. Ces techniques nécessitent un personnel très qualifié, notamment des neurologues, et manipulateurs formés spécifiquement.

-la longueur des cures, qui doivent être répétées durant plusieurs semaines ou mois ;

-enfin, on note que malgré un taux de réussite très élevé, il reste des patients pour lesquels cela reste inefficace. Les chercheurs concentrent donc également leurs efforts sur des outils permettant de prévoir la réponse thérapeutique.

 

Ces points négatifs font que pour l'heure, ce traitement reste réservé notamment aux patients dont la réponse thérapeutique aux traitements pharmacologiques posent de très grandes difficultés ou souffrances au quotidien.

 

En conclusion, l'intérêt diagnostic, d'évaluation lésionnel et thérapeutique est indéniable pour nombre de pathologies, et dont nous pouvons espérer sans trop d'utopies que ce chiffre ne cessera de croître rapidement dans les années à venir et permettant un champ d'application toujours plus large, et donc bénéfique. D'autant que la recherche médicale cherche intensément à réduire son coût, afin de pouvoir démocratiser son utilisation. 

 

Pour aller plus loin et consulter nos sources :

-https://fr.wikipedia.org/wiki/Stimulation_magn%C3%A9tique_transcr%C3%A2nienne

-https://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-recherche/depression-predire-la-reponse-a-la-stimulation-magnetique-transcranienne

-http://www.sfetd-douleur.org/sites/default/files/u3349/DossierdumoisSFETD/2015/revue_rtms_kiosque.pdf

 

Nathalie Giqueaux

 

 

You have no rights to post comments

0
0
0
s2sdefault

#DATAGUEULE 52

La gazelle fait sa pub.

 

Login Form

La gazelle fait sa pub

L'enlumineur

Je pense

Besoin des travailleurs

La situation du travailleur...pauvre face au système, se résume à cette assertion de Coluche: " dites-nous ce dont vous avez besoin, on vous expliquera comment vous en passer "

Qui est en ligne?

Nous avons 42 invités et aucun membre en ligne

Citation

" Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre " -Albert Einstein.  

Statistics

Compteur d'affichages des articles
32601